La validation des acquis et expériences (VAE) pour les bénévoles : une ressource pour l’emploi des personnes autistes

De nombreux autistes effectuent du bénévolat à un moment ou à un autre de leur parcours professionnel.

Pensez aux possibilités offertes par la VAE (validation des acquis et expériences), pour l’obtention d’un diplôme.

J’ai pu intégrer un Master 1 grace à la VAP (validation des acquis professionnels), alors que j’avais « uniquement » le bac, et valider ainsi un Master 2.

La validation des acquis est une ressource non négligeable pour tous les autistes autodidactes pleins de compétences et de connaissances mais qui, faute d’accès aux études supérieures, risquent de se retrouver à un emploi pour lequel ils sont surqualifiés.

« Associations : la validation d’acquis et de l’expérience des bénévoles facilitée » dans le journal Les Echos https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/associations-la-validation-dacquis-et-de-lexperience-des-benevoles-facilitee-1786976

Quels liens entre art et autisme ?

Plutôt que d’essayer de vous expliquer ce qu’il se passe dans ma tête d’autiste ayant une pensée visuelle et en arborescence, j’ai préféré l’illustrer avec un de mes dessins.

J’ai commencé à dessiner au moment de mon diagnostic d’autisme, tout en m’interrogeant sur la signification de toutes ces formes géométriques qui sortaient de nulle part, moi qui n’avais jamais dessiné auparavant.

J’ai compris ensuite que ces formes illustrent ce qu’il se passe dans mon cerveau : une activité dense, foisonnante voire envahissante avec des liens, des embouteillages d’idées et des circonvolutions de partout.

Où je veux en venir ?

Les activités artistiques sont un levier à privilégier avec les autistes.

Que ce soit en tant que loisir pour s’apaiser, en tant que mode de communication ou en tant qu’activité professionnelle.  En effet, beaucoup d’autistes ont une sensibilité artistique et une approche à part.

Il serait dommage de s’en priver.

Dans ma tête

Les repas : anticipation et charge mentale

Quand ton besoin d’anticipation (ou ta peur de l’imprévu, ça revient au même) est tel que, te trouvant pour quelques jours dans une ville inconnue et lassée de mal manger dans des restaurants-qui-font-grossir-c’est-abusé, tu te surprends à 23 heures à regarder depuis bientôt 1 heure sur YouTube si tu ne trouves pas des interviews de patrons ou employés de l’enseigne X Casino (seul magasin d’alimentation de la ville), en espérant apercevoir ce qu’il y a dans les rayons. Et ainsi prévoir ce que tu achèteras demain pour ton déjeuner.

Et puis aussi, cerise sur le gâteau, puisque c’est une chaine (avec le fol espoir que TOUS les magasins de la chaine présentent les produits de la même façon), voir comment on accède au rayon des tomates depuis l’entrée du magasin, en suivant le journaliste ou l’employé quand il se déplace, histoire d’être déjà familiarisée avec cet environnement quand tu te rendras au magasin demain. Condition sinéquanone pour t’endormir rassurée.

J’ai intégré un master adapté aux autistes Asperger et en ai appris beaucoup sur mon handicap et mes camarades

Retrouvez mon billet paru dans le Huffpost à partir du lien ci-dessous : https://www.huffingtonpost.fr/entry/jai-integre-un-master-adapte-aux-autistes-asperger-et-en-ai-appris-beaucoup-sur-mon-handicap-et-mes-camarades-blog_fr_60e5bacee4b08ebff5e5005d

Déjeuner avec ses collègues quand on est autiste

Retrouvez mon billet paru dans le Huffpost à partir du lien ci-dessous :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/dejeuner-avec-vos-collegues-vous-parait-naturel-mais-cest-plus-complique-pour-moi-qui-suis-autiste-blog_fr_6006ff77c5b6ffcab967e02f